mardi 25 août 2015

Fuligules à tête rouge, Grande Aigrette et Bécasseaux de Baird

Nous venons d’entrer dans un des moments de l’année où il faut vraiment s’attendre à tout chez les oiseaux (et les raretés trouvées au Québec ces derniers jours le prouvent bien!). Les oiseaux aquatiques sont de plus en plus nombreux à se déplacer, les oiseaux de proie explorent de nouveaux territoires avant de descendre vers le sud et les jeunes passereaux ont pris assez de force pour commencer à se déplacer comme le font les oiseaux de rivage depuis déjà cinq semaines. Encore une fois, nous sommes partis à la rencontre de ces oiseaux samedi et dimanche matin. La température de cette fin de semaine a été particulièrement belle (peut-être trop?) et il y avait parfois plus d’Humains que d’oiseaux sur le terrain.

Samedi matin, nous nous sommes empressés de prendre la route vers Rivière-Ouelle, encouragés par le vent faible, la marée montante et la journée qui s’annonçait très ensoleillée. Bien sûr, et nous nous y attendions un peu, ces belles conditions n’avaient rien pour motiver les oiseaux à se déplacer; la majorité de ceux rencontrés étaient donc visiblement en pause. La grande variété d’espèces en cette période de l’année a quelque peu compensé en nous fournissant un beau total pour la journée malgré un nombre plutôt faible d’individus.

Ainsi, samedi le 22 août, nous avons rencontré 67 espèces sur le territoire de Rivière-Ouelle entre 5 h 15 et 12 h 10, telles :
  • 5 Oies des neiges
  • 33 Canards noirs
  • 5 Canards colverts
  • 5 Fuligules à tête rouge – Une femelle a d’abord été observée au quai, puis plus tard, trois mâles et une autre femelle ont été trouvés sur un étang un peu plus loin. Il s’agit d’une rare présence dans la région en début d’automne qui s’incrit dans un mouvement noté dans la province depuis quelques jours. Un déplacement de ce genre avait aussi été observé dans tout le sud du Québec à l’automne 2005. Se pourrait-il que ces oiseaux proviennent de l’ouest du continent qui vient de connaître un été particulièrement sec?

Fuligules à tête rouge (Redheads – Aythya americana)
Rivière-Ouelle – 22 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 Harle couronné
  • 20 Plongeons catmarins – Tous ces oiseaux dérivaient doucement au large du quai, poussés par la marée montante. Aucun oiseau n’a été vu en vol!
  • 2 Plongeons huards
  • 5 Grèbes jougris – Contrairement aux catmarins, les grèbes filaient vers l’est.
  • 12 Fous de Bassan
  • 195 Cormorans à aigrettes

Cormoran à aigrettes (Double-crested Cormorant – Phalacrocorax auritus)
Rivière-Ouelle – 22 août 2015 © Claude Auchu 
  • 28 Grands Hérons
  • 2 Urubus à tête rouge
  • 1 Busard Saint-Martin
  • 1 Épervier brun
  • 1 Petite Buse

Petite Buse (Broad-winged Hawk – Buteo platypterus)
Rivière-Ouelle – 22 août 2015 © Claude Auchu
  • 65 Pluviers semipalmés
  • 1 Courlis corlieu
  • 2 Bécasseaux de Baird – Deux juvéniles se tenaient un peu à l’écart d’un petit groupe de Pluviers semipalmés. Effrayés par le passage à très basse altitude de la Petite Buse, les oiseaux ont disparu avant que je ne puisse les photographier.
  • 1 Guillemot à miroir
  • 10 Mouettes de Bonaparte
  • 1000 Goélands à bec cerclé
  • 8 Sternes pierregarins
  • 3 Colibris à gorge rubis
  • 1 Crécerelle d’Amérique
  • 2 Faucons émerillons
  • 1 Faucon pèlerin
  • 2 Moucherolles des aulnes
  • 1 Moucherolle tchébec
  • 3 Hirondelles rustiques
  • 2 Sittelles à poitrine rousse
  • 5 Grives fauves
  • 2 Grives à dos olive
  • 1 Moqueur chat
  • 120 Étourneaux sansonnets
  • 4 Parulines obscures
  • 2 Parulines à joues grises
  • 5 Parulines masquées
  • 1 Paruline flamboyante
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline jaune
  • 1 Paruline à croupion jaune
  • 1 Junco ardoisé – Un junco déjà en bordure du fleuve à Rivière-Ouelle? Le « vrai » automne n’est peut-être plus très loin!
  • 3 Goglus des prés – Encore une fois, ces goglus ont été entendus depuis le bout du quai. Ces oiseaux se déplacent souvent très haut, il est même rare que nous réussissions à les voir!

Samedi, tôt en matinée, une petite mouette circulant très loin au large du quai, dans la partie où la visibilité était malheureusement la moins nette, ressemblait fortement à une jeune Mouette de Sabine! Durant les premières secondes d’observation, je suis certain d’avoir distingué les triangles bruns, blancs et noirs caractéristiques des ailes de cette mouette bien particulière. Lorsque Christiane a repéré l’oiseau à son tour, il était déjà trop loin et son vol était plus direct, sans les vacillements qui m’avaient d’abord permis de voir ses parties supérieures. Nous avons suivi la mouette le plus longtemps possible, en espérant qu’elle fasse demi-tour mais, hélas, elle a continué sa route vers l’ouest. Je suis absolument certain qu’il ne s’agissait pas d’une jeune Mouette tridactyle, l’oiseau avec lequel la Mouette de Sabine est le plus souvent confondue. Le vol de notre mouette ne correspondait pas du tout au vol « roulé » de la Mouette tridactyle avec laquelle je suis très familier. Si j’étais vraiment obligé de mettre un nom sur la mouette, je choisirais sans hésitation la Mouette de Sabine juvénile mais, voilà, je ne suis pas obligé de le faire. Notre mouette restera donc non-identifiée… tant pis!

La matinée de dimanche s’annonçait aussi belle que celle de samedi. Nous avons décidé d’aller faire une petite tournée dans l’est de la région, avec un arrêt à Kamouraska en milieu d’avant-midi. L’observation des pluviers, bécasseaux et chevaliers faisaient bien sûr partie de nos plans, mais il était certain que nous n’allions pas laisser les autres espèces de côté pour autant. Comme toujours, nous avons compté et noté tous les oiseaux rencontrés durant l’excursion dans chacune des municipalités visitées. Nous serions vraiment mal à l’aise de ne noter que les espèces ciblées pour la journée; tous les oiseaux présents méritent d’apparaître sur les listes que nous complétons!
Notre journée ornithologique a débuté directement dans notre cour. Alors que j’entassais télescopes, trépieds et sacs à dos dans la voiture, j’ai repéré un Goéland à bec cerclé bagué qui fouillait dans le stationnement de l’autre côté de la rue à la recherche de fourmis! Le numéro de sa grosse bague bleue a été très facile à noter. La réponse de l’équipe de baguage a été encore une fois très rapide : ce Goéland à bec cerclé avait été bagué près de Varennes en 2010 alors qu’il était déjà adulte.
C’est à Saint-Pascal que s’est fait notre premier arrêt. Nous voulions entre autre jeter un coup d’œil au quartier où un couple de Cardinaux rouges a passé l’été. Il semble bien qu’aucun juvénile n’ait été observé mais, au cas où, nous avons tenté notre chance, sans succès. Nous avons par la suite filé jusqu’à Kamouraska où les limicoles n’ont pas été aussi abondants que nous l’aurions espéré. Nous avons tout de même réussi à dénicher une Grande Aigrette. En quittant Kamouraska, il est toujours difficile de ne pas faire un arrêt à Saint-Denis. Les oiseaux de rivage semblent souvent faire la navette entre ces deux villages. Cette fois, c’est Saint-Denis qui a gagné en abondance!

Dimanche le 23 août, nous avons terminé notre journée avec 62 espèces.

Voici en partie ce que Saint-Pascal avait à nous offrir :
  • 4 Canards d’Amérique
  • 8 Canards noirs
  • 20 Canards colverts
  • 4 Canards souchets
  • 10 Sarcelles d’hiver
  • 45 Urubus à tête rouge – Tous ces oiseaux avaient choisi de débuter leur journée perchés côte-à-côte sur des voitures à foin!

Urubus à tête rouge (Turkey Vultures – Cathartes aura)
Saint-Pascal – 23 août 2015 © Claude Auchu
  • 12 Chevaliers grivelés
  • 1 Colibri à gorge rubis
  • 3 Pics flamboyants
  • 2 Faucons émerillons
  • 6 Tyrans tritris – Six oiseaux étaient posés ensemble sur les fils électriques en bordure d’une route. Il y a quelques années à peine, il était encore courant de rencontrer des groupes de cinq à dix tyrans en août et au début de septembre. Maintenant, nous devons nous contenter de voir un seul individu à l’occasion.
  • 5 Viréos aux yeux rouges
  • 6 Geais bleus
  • 3 Hirondelles rustiques
  • 1 Merlebleu de l’Est
  • 10 Merles d’Amérique
  • 32 Jaseurs d’Amérique
  • 3 Parulines obscures
  • 1 Paruline flamboyante
  • 4 Parulines à croupion jaune
  • 18 Bruants familiers
  • 22 Bruants chanteurs
  • 1 Cardinal à poitrine rose
  • 1 Goglu des prés
  • 2 Orioles de Baltimore – À notre grande surprise, nous avons observé un mâle adulte qui émettait régulièrement des bribes de chant! Il est ensuite descendu dans le cœur de l’arbre où, la queue relevée à la verticale, il levait et baissait la tête continuellement dans ce qui nous a semblé être une parade nuptiale. Nous n’avons pas réussi à voir si une femelle était présente, bien que nous ayons aperçu un juvénile se poser un moment tout près de lui. Je ne connais pas très bien le comportement post-nuptial de cette espèce relativement rare dans la région. Est-ce normal qu’un oriole chante et parade à cette date plutôt tardive???

Oriole de Baltimore (Baltimore Oriole – Icterus galbula)
Saint-Pascal – 23 août 2015 © Claude Auchu
  • 8 Roselins pourprés
  • 23 Chardonnerets jaunes

Par la suite, à Kamouraska :
  • 240 Canards noirs
  • 5 Canards colverts
  • 90 Cormorans à aigrettes
  • 8 Grands Hérons
  • 1 Grande Aigrette – Cette grande dame blanche est maintenant annuelle dans la région, mais jamais gagnée d’avance. Elle se tenait immobile au fond d’un marais côtier.
  • 1 Épervier brun
  • 100 Pluviers argentés
  • 16 Pluviers semipalmés
  • 5 Bécasseaux minuscules

Bécasseau minuscule (Least Sandpiper – Calidris minutilla)
Kamouraska – 23 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 Bécassin roux
  • 500 Goélands à bec cerclé
  • 2 Colibris à gorge rubis
  • 2 Pics mineurs
  • 1 Crécerelle d’Amérique
  • 1 Goglu des prés

Et, finalement, à Saint-Denis où les Pluviers argentés étaient abondants, mais difficiles à compter :
  • 9 Oies des neiges
  • 1 Busard Saint-Martin
  • 471 Pluviers argentés – Au moment de notre arrivée, avec la marée baissante, les pluviers et les bécasseaux avaient commencé à se nourrir dans les herbes où seules leurs têtes dépassaient.
  • 8 Pluviers semipalmés
  • 6 Grands Chevaliers
  • 5 Petits Chevaliers
  • 1 Tournepierre à collier
  • 26 Bécasseaux maubèches
  • 1 Bécassin roux
  • 2 Hirondelles de rivage
  • 3 Hirondelles rustiques

Ce fut une autre belle fin de semaine qui nous a fourni de nouvelles informations sur les oiseaux de la région. L’excursion de dimanche m’a cependant rappelé que je préfère grandement observer à un seul et même endroit plutôt que de faire plusieurs municipalités à l’intérieur d’une même journée. Nous planifierons mes prochaines fins de semaine en conséquence… moins de kilomètres, mais plus d’oiseaux!

mardi 18 août 2015

Chaleur, humidité et Petites Buses

Nous pensions être épargnés cette année mais non, nous avons eu à subir une température chaude et humide durant cette dernière fin de semaine! Il aura donc fallu attendre la mi-août pour connaître la première vraie vague de chaleur de l’été… et je m’en serais bien passé. Nos deux journées de birding ont été grandement affectées par ces conditions difficiles, mais nous avons essayé de faire comme si tout était parfait.

Samedi devait être la journée la « moins pire » de la fin de semaine avec, en particulier, un vent presque nul tôt le matin. Nous nous sommes donc dirigés vers Rivière-Ouelle avec tout de même de gros doutes sur la qualité de la visibilité au large du quai. Et, justement, la rencontre de l’air chaud et de l’eau froide a créé un brouillard particulièrement épais. C’était plutôt contrariant mais, à bien y penser, il est tout de même très rare que nous soyons aux prises avec ce genre de contretemps!
Nous nous sommes rapidement adaptés en débutant notre matinée par les passereaux, eux-mêmes bloqués en bon nombre près du quai par le brouillard. Même l’identification des parulines et des bruants constituait un défi tellement la visibilité était parfois limitée à quelques mètres! Nous avons tout de même été surpris de voir un Moucherolle tchébec, une Paruline des ruisseaux et un Oriole de Baltimore, des espèces très rarement rencontrées près du quai.
Après deux longues heures d’attente (qui nous ont tout de même donné le temps d’expliquer à une dame ce que nous faisions avec jumelles et télescopes près du quai si tôt le matin), nous avons finalement déclaré forfait pour les oiseaux aquatiques; la page du calepin de Christiane destinée à ces oiseaux est demeurée désespérément vide.

Voici tout de même une sélection des 57 espèces croisées à Rivière-Ouelle samedi le 15 août entre 5 h 10 et 10 h 55 :
  • 19 Canards noirs
  • 5 Canards colverts
  • 18 Eiders à duvet – Ces quelques oiseaux se nourrissaient tout près du rivage tôt le matin.
  • 63 Cormorans à aigrettes
  • 36 Grands Hérons
  • 2 Urubus à tête rouge
  • 1 Pygargue à tête blanche – Un immature en plumage de 1ère année.

Pygargue à tête blanche (Bald Eagle – Haliaeetus leucocephalus)
Rivière-Ouelle – 15 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 Busard Saint-Martin
  • 1 Petite Buse
  • 13 Pluviers semipalmés
  • 1 Colibri à gorge rubis
  • 1 Pic mineur
  • 1 Pic chevelu
  • 1 Faucon émerillon – Chassant en bordure du fleuve en plein brouillard, un individu est passé à moins de cinq mètres de nous, se faufilant entre les buissons et les chalets. La tête continuellement en mouvement, il était visiblement à la recherche d’une éventuelle proie qui ferait l’erreur de s’envoler à son passage.
  • 1 Moucherolle tchébec
  • 4 Viréos aux yeux rouges

Viréo aux yeux rouges (Red-eyed Vireo – Vireo olivaceus)
Rivière-Ouelle – 15 août 2015 © Claude Auchu 
  • 3 Hirondelles rustiques
  • 8 Sittelles à poitrine rousse
  • 6 Grives fauves
  • 2 Grives à dos olive
  • 12 Merles d’Amérique
  • 3 Moqueurs chats
  • 1 Moqueur roux – Sans doute un des oiseaux qui a niché près du quai.
  • 30 Étourneaux sansonnets
  • 1 Paruline des ruisseaux
  • 3 Parulines obscures
  • 11 Parulines masquées
  • 1 Paruline flamboyante
  • 8 Parulines tigrées – Depuis cinq ans, la Paruline tigrée semble nettement plus commune dans la région lors des migrations.
  • 1 Paruline à tête cendrée
  • 4 Parulines jaunes
  • 3 Parulines à croupion jaune
  • 22 Bruants familiers – Un groupe homogène comptait une douzaine d’oiseaux. Le Bruant familier est nettement moins abondant à Rivière-Ouelle qu’à La Pocatière.
  • 51 Bruants chanteurs – Une des espèces qui se sont trouvées concentrées près du quai par les mauvaises conditions de visibilité.
  • 7 Bruants à gorge blanche
  • 3 Goglus des prés
  • 23 Quiscales bronzés
  • 1 Oriole de Baltimore – De mémoire, il ne s’agirait que de ma deuxième mention près du quai de Rivière-Ouelle, la première remontant au 6 juin 1993.
  • 16 Roselins pourprés
  • 29 Chardonnerets jaunes

Les conditions pour dimanche n’étaient pas beaucoup plus invitantes que celles de samedi pour partir à la recherche d’oiseaux. Tant pis, nous y sommes allés quand même! La température grimpant rapidement jusqu’à 28°C, les vents du sud-ouest (ouach!!!) soufflant à 40 km/h et  l’humidité à près de 90% ne nous ont pas empêché de faire une tournée à vélo de plus de quatre heures à travers La Pocatière.
Même si les résultats de l’excursion ont été plutôt mitigés, elle a tout de même fourni sa part de surprises. Cette fois, c’est la simple rencontre avec quelques Petites Buses qui nous ont étonnés. Disons d’abord que, dans la région, les Petites Buses sont plutôt rares dans les basses-terres, sauf lors des migrations printanières alors qu’elles cherchent un endroit où franchir le fleuve vers la rive nord. À l’automne, elles sont très irrégulières près du fleuve puisqu’aucun obstacle ne les oblige à se concentrer le long du rivage. Déjà surpris d’en avoir vu lors de nos deux sorties précédentes à Rivière-Ouelle, nous avons été stupéfaits de croiser dix Petites Buses dimanche matin, dont un groupe de six! Cette observation peut sembler banale pour bien des observateurs, mais je vous assure que c’est un événement dans les basses-terres de ma région!!!
Ayant passé neuf automnes à recencer les rapaces à l’Observatoire d’oiseaux de Tadoussac, nous connaissons très bien les comportements des buses lors des journées de vent du sud-ouest. Durant les meilleures années, nous débutions les inventaires dès la mi-août. Durant les deux semaines suivantes, les Petites Buses semblaient souvent tester les conditions de vol tôt le matin avant de redescendre au sol lorsque le vent ne leur était pas favorable. Ainsi, il nous est arrivé à des dizaines de reprises de suivre un oiseau en particulier durant de longues minutes afin de voir s’il allait finalement décider de migrer. Les Petites Buses sont des migratrices hâtives et, à Tadoussac, nous avons déjà connu des journées dépassant la centaine d’individus en déplacement avant même le 20 août. Il semble donc que les dix oiseaux vus à La Pocatière faisaient partie de ces oiseaux passant leur temps à errer en attendant que les conditions de vol soient meilleures. Après tout, puisque ces oiseaux vont hiverner jusqu’au Brésil, ce n’est pas quelques kilomètres supplémentaires qui les dérangeront! Mais, malgré tout, je suis encore surpris d’avoir rencontrer ces dix Petites Buses à La Pocatière…

Voici une partie des 53 espèces observées lors de notre promenade à vélo à La Pocatière dimanche le 16 août :
  • 5 Canards chipeaux
  • 15 Canards colverts
  • 2 Canards souchets
  • 1 Canard pilet
  • 24 Sarcelles d’hiver
  • 3 Urubus à tête rouge
  • 5 Busards Saint-Martin
  • 10 Petites Buses
  • 4 Chevaliers grivelés
  • 2 Chevaliers solitaires
  • 2 Grands Chevaliers
  • 15 Petits Chevaliers

Petit Chevalier (Lesser Yellowlegs – Tringa flavipes)
La Pocatière – 16 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 Colibri à gorge rubis
  • 1 Pic maculé
  • 5 Pics mineurs
  • 2 Pics chevelus
  • 4 Crécerelles d’Amérique
  • 2 Moucherolles phébis
  • 10 Viréos aux yeux rouges
  • 7 Geais bleus
  • 4 Grands Corbeaux
  • 1 Hirondelle rustique
  • 6 Sittelles à poitrine rousse
  • 1 Grimpereau brun – Les grimpereaux sont rarement rencontrés dans la région en été. J’ai probablement vu cette espèce plus souvent en hiver qu’en été! C’est vraiment un coup de chance d’en avoir entendu un dimanche matin, surtout lors d’une journée de grand vent. Il est bien possible que ce passereau qui niche littéralement entre l’arbre et l’écorce soit un nicheur plus commun qu’il ne le laisse paraître.
  • 1 Troglodyte des forêts
  • 1 Roitelet à couronne dorée
  • 1 Roitelet à couronne rubis
  • 1 Grive fauve
  • 1 Grive solitaire
  • 20 Merles d’Amérique
  • 95 Étourneaux sansonnets
  • 6 Jaseurs d’Amérique

Jaseur d’Amérique (Cedar Waxwing – Bombycilla cedrorum)
La Pocatière – 16 août 2015 © Claude Auchu
  • 2 Parulines masquées
  • 5 Parulines flamboyantes
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline jaune
  • 1 Paruline bleue
  • 22 Bruants familiers
  • 17 Bruants chanteurs
  • 25 Quiscales bronzés
  • 18 Chardonnerets jaunes

Une fin de semaine gaspillée à cause de la température? Peut-être en partie, mais je me suis rendu compte au fil des années que j’oublie beaucoup plus facilement les conditions adverses que les oiseaux rencontrés ces journées-là!

mardi 11 août 2015

Des sizerins, comme prévu!

Quatre matinées bien remplies, quatre matinées à courir les oiseaux! Je vous laisse découvrir sans plus d’introduction ce que nous avons fait de nos quatre dernières journées de vacances estivales!

Jeudi matin, les conditions pour une excursion ornithologique à Rivière-Ouelle n’étaient pas aussi belles que le laissaient croire certaines prévisions météorologiques (mais pas toutes!). J’espérais cependant que la marée montante, qui a une influence non-négligeable sur les mouvements d’oiseaux, réussirait à contrebalancer le vent modéré du sud-ouest. Nous nous sommes donc présentés au quai plein d’espoir et, sauf pour quelques moments plus calmes, nous n’avons pas été déçus. De plus, contrairement à nos dernières visites, la majorité des canards barbotteurs observés étaient en déplacement; tant mieux si nos canards retrouvent enfin l’usage de leurs ailes!
Mais ce qui nous aura le plus surpris durant cette matinée, ce fut sans doute le petit mouvement de passereaux le long du rivage. Ils n’étaient pas très nombreux, mais ils fonçaient vers le sud-ouest, face au vent, avec un enthousiasme agréable à voir! Parmi eux, nous avons même trouvé des sizerins, une belle surprise, même si leur présence était presque attendue!

Voici une partie des 62 espèces rencontrées à Rivière-Ouelle jeudi le 6 août entre 5 h 00 et 11 h 05 :
  • 3 Oies des neiges
  • 29 Canards noirs
  • 4 Canards colverts
  • 1 Canard pilet – Il est passé en vol devant le quai en direction sud-ouest.
  • 53 Eiders à duvet
  • 1 Macreuse à font blanc – Quelques autres macreuses circulaient au large, mais trop loin pour être identifiées à l’espèce par cette matinée légèrement brumeuse.
  • 33 Plongeons catmarins
  • 2 Plongeons huards
  • 2 Grèbes jougris
  • 10 Fous de Bassan
  • 72 Cormorans à aigrettes

Cormoran à aigrettes (Double-crested Cormorant – Phalacrocorax auritus)
Rivière-Ouelle – 8 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 Pygargue à tête blanche – Tout juste avant notre arrivée, un immature à sa 1ère année a fait place nette dans un secteur habituellement riche en goélands. Le sacripant!
  • 1 Pluvier kildir
  • 7 Chevaliers grivelés
  • 1 Petit Chevalier
  • 7 Bécasseaux minuscules
  • 4 Mouettes de Bonaparte – Scène inhabituelle dans la région, une juvénile était posée dans un champ en compagnie de goélands.
  • 700 Goélands à bec cerclé
  • 1 Sterne pierregarin
  • 15 Tourterelles tristes
  • 1 Colibri à gorge rubis
  • 5 Moucherolles des aulnes
  • 1 Moucherolle phébi
  • 1 Tyran tritri – Un individu a survolé le quai à bonne altitude face au vent.
  • 1 Hirondelle bicolore
  • 26 Hirondelles de rivage – Quelques petits groupes d’Hirondelles de rivage sont passés devant le quai. Il arrive parfois que des hirondelles se déplacent trop loin au large pour être identifiées. Ces oiseaux ne trouvent sûrement pas leur nourriture (des insectes qu’ils capturent en vol) à cette distance au-dessus de l’eau salée. C’est peut-être plutôt la sécurité qu’ils recherchent à cet endroit.
  • 1 Hirondelle rustique
  • 1 Roitelet à couronne dorée
  • 95 Étourneaux sansonnets
  • 16 Jaseurs d’Amérique
  • 4 Parulines obscures
  • 2 Parulines à joues grises
  • 1 Paruline triste
  • 6 Parulines masquées
  • 4 Parulines flamboyantes
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline à collier
  • 4 Parulines à tête cendrée
  • 1 Paruline à poitrine baie
  • 2 Parulines à croupion jaune
  • 28 Bruants chanteurs
  • 7 Bruants à gorge blanche
  • 1 Oriole de Baltimore – Un immature était présent près du site où un couple a niché cet été. Déjà rares dans la région durant la période de nidification, les orioles ne sont pratiquement jamais observés après le mois de juillet.
  • 6 Roselins pourprés
  • 7 Sizerins flammés – Dans mon billet du 14 juillet, je mentionnais que les sizerins faisaient partie des fringillidés attendus durant l’été. Hé bien, les voilà! Jeudi matin, au quai, deux simples notes entendues nous ont fait bondir de nos petits bancs : quatre sizerins nous survolaient en criant. Quinze minutes plus tard, ce sont trois autres sizerins, beaucoup plus vocaux ceux-là, qui arrivaient du nord-est. Même si ces nicheurs nordiques apparaissent habituellement dans la région à partir de la mi-octobre, la présence de sizerins ici en plein été n’est pas totalement inattendue. Personnellement, j’ai noté l’espèce en juillet/août en 1995, 2003, 2007 et 2010. Les groupes de ces visiteurs estivaux, atteignant parfois les 30 individus, semblent entièrement composés de juvéniles nés un ou deux mois plus tôt. Je cherche encore d’où peuvent bien provenir ces oiseaux?!?
  • 11 Chardonnerets jaunes
  • 4 Moineaux domestiques

Nous avons réservé la matinée de vendredi, une belle journée sans vent et sans précipitations, pour une longue tournée à vélo à travers La Pocatière. Les routes de campagne, les terres agricoles, les érablières, les forêts de conifères, les zones buissonneuses et les battures du Saint-Laurent ont toutes été patrouillées avec attention. Sur le terrain, les passereaux nous ont encore semblé plutôt discrets, mais les espèces les plus communes ont tout de même fait belle figure. Les espèces migratrices n’ont peut-être pas encore augmenté de façon notable les populations d’oiseaux de la région. Soyons patients…

En attendant, voici un échantillon des 63 espèces que nous avons rencontrées à La Pocatière vendredi le 7 août entre 5 h 30 et 13 h 45 :
  • 4 Oies des neiges
  • 1 Canard souchet
  • 37 Eiders à duvet – Comme il arrive souvent à La Pocatière, deux petits groupes d’eiders étaient paisiblement posés sur l’eau. Cette espèce maritime ne semble entrer dans la grande baie de Sainte-Anne que lorsqu’elle y est poussée par les courants marins.
  • 34 Grands Hérons
  • 3 Busards Saint-Martin
  • 2 Pluviers kildirs
  • 27 Bécasseaux minuscules
  • 600 Goélands à bec cerclé
  • 10 Goélands argentés
  • 1 Goéland brun – Un immature en plumage de 2e hiver accompagnait des Goélands argentés en vol au-dessus de champs situés à 4,5 kilomètres du fleuve. Une scène qui risque de devenir de plus en plus régulière avec l’augmentation rapide du nombre de Goélands bruns dans la région! Nous avions déjà vu un adulte posé dans un champ de ce secteur le 9 août 2009.
  • 4 Colibris à gorge rubis
  • 1 Pic maculé
  • 2 Pics mineurs
  • 3 Crécerelles d’Amérique
  • 1 Faucon émerillon
  • 1 Faucon pèlerin
  • 2 Piouis de l’Est
  • 1 Moucherolle à ventre jaune – Un oiseau était encore présent dans le seul site où l’espèce niche à La Pocatière.
  • 19 Moucherolles des aulnes
  • 16 Viréos aux yeux rouges
  • 7 Geais bleus
  • 11 Hirondelles de rivage
  • 4 Hirondelles rustiques
  • 19 Mésanges à tête noire
  • 7 Sittelles à poitrine rousse
  • 2 Grives solitaires
  • 20 Merles d’Amérique
  • 4 Moqueurs chats
  • 45 Jaseurs d’Amérique
  • 17 Parulines masquées
  • 3 Parulines flamboyantes
  • 1 Paruline tigrée
  • 1 Paruline à tête cendrée
  • 4 Parulines jaunes
  • 1 Paruline à flancs marron
  • 2 Parulines bleues
  • 4 Parulines à croupion jaune
  • 24 Bruants familiers
  • 1 Bruant de Nelson
  • 52 Bruants chanteurs
  • 1 Bruant des marais
  • 9 Bruants à gorge blanche
  • 2 Cardinaux à poitrine rose
  • 3 Goglus des prés
  • 47 Carouges à épaulettes
  • 16 Roselins pourprés
  • 55 Chardonnerets jaunes
  • 8 Moineaux domestiques

Des vents du nord-est ont soufflé sur la région samedi et dimanche. Nous n’avons pas réussi à résister à la tentation et nous avons visité Rivière-Ouelle durant ces deux matinées.
Samedi matin, le vent est demeuré faible durant tout l’avant-midi, facilitant grandement le repérage et le décompte des nombreux Plongeons catmarins qui, posés à l’eau, dérivaient vers l’amont en suivant la marée. Les Cormorans à aigrettes semblent s’être finalement mis en marche et des petits groupes ont circulé durant une bonne partie de l’avant-midi. La partie de l’excursion consacrée aux passereaux a encore une fois été plutôt décevante; serait-ce parce que nous débutons cette activité trop tard l’avant-midi?
Dimanche matin, les vents étaient déjà modérés à notre arrivée au quai, juste avant le lever du soleil. Nous nous attendions donc à un bon mouvement d’oiseaux marins mais, allez donc savoir pourquoi, les déplacements ont ressemblé grandement à ceux de la veille!!! Puisque les passereaux nous avaient boudés la veille, nous avions décidé de ne pas perdre de temps à les chercher à notre site forestier favori. Deux arrêts dans des sites secondaires nous ont cependant fourni une belle variété de parulines grouillant en tout sens et difficile à photographier! Beaucoup de ces parulines étaient en mue et n’étaient vraiment pas sous leur meilleur jour!

Les résultats partiels de nos excursions à Rivière-Ouelle de samedi le 8 août (66 espèces) et de dimanche le 9 août (70 espèces) sont présentés ici :
  • 6 / 0 Bernaches du Canada
  • 2 / 0 Canards pilets
  • 1 / 0 Sarcelle d’hiver
  • 0 / 14 Fuligules milouinans – Aucun oiseau n’a été observé samedi, mais plusieurs petits groupes totalisant 14 individus étaient pourtant présents dimanche.
  • 177 / 60 Eiders à duvet
  • 1 / 38 Macreuses à front blanc
  • 0 / 1 Macreuse brune
  • 2 / 9 Garrots à œil d’or
  • 127 / 4 Plongeons catmarins – Après les 127 oiseaux comptés samedi, nous nous attendions à un excellent résultat pour dimanche. Mais non! Un vent du nord-est et une marée montante auraient pourtant dû les pousser devant le quai?!? Ils n’ont sûrement pas tous quitté la région si tôt en saison?
  • 4 / 4 Plongeons huards
  • 3 / 3 Grèbes jougris
  • 25 / 6 Fous de Bassan – Contrairement à nous, les fous sont souvent des lève-tard; samedi, les premiers ne se sont pas présentés avant 7 h 00!
  • 385 / 310 Cormorans à aigrettes
  • 17 / 10 Grands Hérons
  • 5 / 2 Urubus à tête rouge
  • 1 / 1 Busard Saint-Martin
  • 0 / 1 Petite Buse
  • 5 / 5 Pluviers argentés
  • 6 / 1 Cheveliers grivelés
  • 0 / 1 Grand Chevalier
  • 7 / 11 Petits Chevaliers
  • 1 / 0 Courlis corlieu
  • 3 / 0 Tournepierres à collier
  • 8 / 20 Bécasseaux minuscules
  • 2 / 0 Petits Pingouins
  • 1 / 1 Guillemot à miroir
  • 0 / 3 Mouettes tridactyles – La présence de cette mouette au large de Rivière-Ouelle est directement tributaire des vents du nord-est.
  • 17 / 3 Mouettes de Bonaparte
  • 4 / 0 Sternes pierregarins
  • 1 / 2 Colibris à gorge rubis
  • 2 / 8 Pics flamboyants
  • 1 / 0 Crécerelle d’Amérique
  • 2 / 0 Faucons émerillons
  • 8 / 5 Moucherolles des aulnes

Moucherolle des aulnes (Alder Flycatcher – Empidonax alnorum)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 / 0 Moucherolle phébi
  • 1 / 0 Tyran tritri
  • 0 / 2 Viréos à tête bleue

Viréo à tête bleue (Blue-headed Vireo – Vireo solitarius)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 0 / 1 Hirondelle bicolore
  • 3 / 6 Hirondelles rustiques
  • 7 / 7 Sittelles à poitrine rousse
  • 1 / 3 Roitelets à couronne dorée
  • 0 / 1 Merlebleu de l’Est – Le merlebleu est rarement observé dans les basses-terres de Rivière-Ouelle (bien que je connaisse quelques mentions de nidification). Il préfère nettement les « terres de roche » de Saint-Onésime, Saint-Gabriel et les autres villages des Appalaches.
  • 6 / 4 Grives fauves – Les Grives fauves deviennent très difficiles à trouver aussitôt qu’elles cessent de chanter à la fin de juillet. Pour nous, le moyen le plus facile de les ajouter à nos listes qutidiennes consiste à faire un arrêt devant une zone buissonneuse avant le lever du soleil. Jusqu’à la mi-septembre, il est fréquent de les entendre émettre leur cri caractéristique. Mais, dès que le soleil fait son apparition, elles redeviennent muettes.
  • 2 / 2 Grives à dos olive
  • 8 / 13 Merles d’Amérique – Dimanche matin, un merle transportait encore de la nourriture; une troisième nichée?

Merle d’Amérique (American Robin – Turdus migratorius)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 / 0 Moqueur chat
  • 0 / 5 Parulines obscures

Paruline obscure (Tennessee Warbler – Oreothlypis peregrina)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 0/ 5 Parulines à joues grises

Paruline à joues grises (Nashville Warbler – Oreothlypis ruficapilla)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 8 / 4 Parulines masquées
  • 0 / 2 Parulines flamboyantes

Paruline flamboyante (American Redstart – Setophaga ruticila)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 / 5 Parulines tigrées

Paruline tigrée (Cape May Warbler – Setophaga tigrina)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 1 / 5 Parulines à tête cendrée
  • 0 / 4 Parulines à poitrine baie

Paruline à poitrine baie (Bay-breasted Warbler – Setophaga castanea)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 0 / 1 Paruline à gorge orangée
  • 1 / 2 Parulines jaunes

Paruline jaune (Yellow Warbler – Setophaga petechia)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 0 / 2 Parulines à couronne rousse

Paruline à couronne rousse (Palm Warbler – Setophaga palmarum)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 6 / 8 Parulines à croupion jaune

Paruline à croupion jaune (Yellow-rumped Warbler – Setophaga coronata)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 18 / 25 Bruants chanteurs
  • 0 / 2 Goglus des prés
  • 4 / 4 Roselins pourprés
  • 0 / 2 Sizerins flammés – Deux juvéniles accompagnaient un groupe de parulines. Cette fois, nous avons eu le temps de les examiner en détails!

Le reconnaissez-vous? Pas encore de rouge sur le front ni sur la poitrine, 
des rayures trop denses sur la poitrine : c’est un Sizerin flammé en plumage juvénile!
Sizerin flammé (Common Redpoll – Acanthis flammea)
Rivière-Ouelle – 9 août 2015 © Claude Auchu
  • 4 / 2 Tarins des pins

Il est rare que nous osions « gaspiller » deux journées consécutives à visiter le même endroit (trop de sites, mais pas assez de temps!). Quand cela se produit, il est tout de même intéressant de comparer les résultats de nos excursions. Cette fois, nous étions certains que la partie maritime de la journée de dimanche allait être nettement mieux que celle de samedi. Ce ne fut visiblement pas le cas! Dimanche matin, nous étions même prêts à sacrifier la partie forestière de l’excursion afin de ne rien manquer au large. Finalement, ce sont des rencontres fortuites avec de petits groupes de passereaux qui ont volé la vedette. Nous pouvons nous targuer de bien connaître les oiseaux, il est toujours surprenant de voir à quel point ils réussissent à nous prendre au dépourvu!

J’ai profité de la fin de l’été ornithologique pour effectuer une mise à jour de la Liste annotée des oiseaux des MRC de Kamouraska et de L’Islet. En plus de quelques vieilles mentions retrouvées, j’ai eu l’occasion de visiter la collection de peaux scientifiques de l’abbé René Tanguay conservée au Musée François-Pilote à La Pocatière. Des photos de certains spécimens d’espèces rares sont maintenant inclues dans la liste.

mardi 4 août 2015

Une famille de Moqueurs polyglottes

Nos vacances avancent à grands pas, durant ce que je considère toujours comme une des périodes de l’année les plus tranquilles pour les oiseaux. Nous en profitons pour nous mettre à jour dans différents domaines, tout en gardant toujours une place prioritaire pour les oiseaux.

Dimanche, pour contrecarrer les vents forts prévus le long du fleuve, nous avons décidé d’aller observer les oiseaux dans l’arrière-pays de Saint-Onésime. À cet endroit, les vents sont demeurés relativement faibles durant toute la durée de l’excursion et ils n’ont absolument pas nuit à la recherche de passereaux comme il arrive trop souvent. Nous avons enfin rencontré quelques bandes de passereaux regroupant diverses espèces, de même que quelques groupes familiaux. Une promenade très agréable dans un coin de la région que nous ne visitons habituellement que durant l’hiver.

À Saint-Onésime, dimanche le 2 août, nous avons fouillé arbres, arbustes et buissons à la recherche d’oiseaux entre 5 h 45 et 10 h 30. Nous avons terminé avec 48 espèces en comptant, fidèles à notre habitude, autant les oiseaux trouvés loin à l’intérieur des terres que ceux rencontrés ailleurs sur le territoire de Saint-Onésime. En voici un large éventail :
  • 4 Urubus à tête rouge
  • 1 Petite Buse
  • 2 Colibris à gorge rubis
  • 7 Pics maculés – Tous les oiseaux vus d’assez près (la presque totalité, en fait) étaient en plumage juvénile.
  • 3 Pics mineurs
  • 1 Pic chevelu
  • 5 Pics flamboyants
  • 1 Moucherolle phébi
  • 2 Viréos à tête bleue
  • 7 Viréos aux yeux rouges
  • 1 Mésangeai du Canada
  • 9 Geais bleus
  • 20 Hirondelles de rivage – Alors qu’une hirondelle était perchée sur un fil électrique, une autre est venue se poser tout près et a même fini par grimper sur la première! Un accouplement en août…? Ce serait plutôt surprenant! 

Hirondelles de rivage (Bank Swallows – Riparia riparia)
Saint-Onésime – 2 août 2015 © Claude Auchu
  • 4 Hirondelles à front blanc – En milieu agricole, un adulte est venu nourrir une juvénile toute sombre perchée sur un fil tout près de nous.

Hirondelle à front blanc, juvénile (Cliff Swallow – Petrochelidon pyrrhonota)
Saint-Onésime – 2 août 2015 © Claude Auchu
  • 10 Hirondelles rustiques
  • 26 Mésanges à tête noire
  • 4 Mésanges à tête brune – Quatre juvéniles au plumage encore très duveteux.

Mésange à tête brune, immature (Boreal Chickadee  – Poecile hudsonicus)
Saint-Onésime – 2 août 2015 © Claude Auchu
  • 9 Sittelles à poitrine rousse
  • 7 Troglodytes des forêts – Un groupe familial de cinq oiseaux qui se faufilaient entre les racines de vieilles épinettes.
  • 14 Roitelets à couronne dorée – Bien présents et, encore une fois, les oiseaux vus étaient des juvéniles.
  • 2 Roitelets à couronne rubis
  • 1 Merlebleu de l’Est
  • 10 Grives solitaires – Elles étaient bien en voix durant cette matinée.
  • 2 Parulines couronnées
  • 4 Parulines à joues grises
  • 6 Parulines masquées – La présence de plusieurs Parulines masquées dans des endroits presque entièrement forestier nous a quelque peu surpris. Cette espèce occupe souvent la moindre parcelle de buissons!
  • 1 Paruline flamboyante
  • 4 Parulines à collier
  • 11 Parulines à tête cendrée
  • 1 Paruline à gorge orangée
  • 6 Parulines bleues
  • 2 Parulines à croupion jaune
  • 3 Parulines à gorge noire

Paruline à gorge noire, femelle immature (Black-throated Green Warbler – Setophaga virens)
Saint-Onésime – 2 août 2015 © Claude Auchu 
  • 1 Paruline du Canada

La journée de lundi s’annonçait très pluvieuse, avec une succession de fronts orageux prêts à traverser la région. En attendant cette pluie, nous nous sommes dirigés vers Saint-Denis-de-Kamouraska afin de profiter de la marée haute. Nos excursions à Saint-Denis sont souvent très brèves, en grande partie à cause de l’inaccessibilité des habitats les plus intéressants, les marais à spartines. Une petite section de rivage est cependant hautement recherchée par les limicoles et ce petit détour fait régulièrement partie de notre itinéraire lors de nos sorties à Rivière-Ouelle entre les mois d’août et d’octobre.

Notre court passage à Saint-Denis-de-Kamouraska lundi matin le 3 août nous aura fourni de belles surprises :
  • 12 Oies des neiges – Les oies qui ont passé l’été dans le secteur (certaines sont blessées suite à la chasse printanière, elles n’ont donc pas eu le choix) se nourrissaient presque sur les pelouses des chalets.
  • 72 Pluviers argentés
  • 1 Grand Chevalier
  • 80 Goélands à bec cerclé – Un adulte portait des bagues posées en juin 2012 sur l’île Dirette, à Laval, par les chercheurs de l’UQAM. L’an dernier, à Rivière-Ouelle, nous avions trouvé neuf Goélands à bec cerclé qui avaient été bagués dans ce secteur. Nous avons maintenant une bonne idée des endroits d’où proviennent les nombreux goélands qui envahissent notre région à partir de juillet!

Goéland à bec cerclé bagué (Ring-billed Gull – Larus delawarensis)
Saint-Denis – 3 août 2015 © Claude Auchu
  • 25 Goélands argentés
  • 2 Goélands bruns – Un immature d’un an et un autre de probablement trois ans se nourrissaient dans un champ situé à plus de trois kilomètres du fleuve.

Un Goéland brun immature âgé d’un an.
Goéland brun (Lesser Black-backed Gull – Larus fuscus) et Goéland argenté (Herring Gull – Larus argentatus)
Saint-Denis – 3 août 2015 © Claude Auchu
Un immature probablement âgé de tout juste trois ans. Avec un tel bec, il s’agit sûrement d’un mâle.
Goéland brun (Lesser Black-backed Gull – Larus fuscus)
Saint-Denis – 3 août 2015 © Claude Auchu
  • 100 Corneilles d’Amérique
  • 1 Moqueur chat
  • 5 Moqueurs polyglottes – Lorsque Christiane m’a montré l’oiseau qu’elle venait de repérer près de l’église du village, je me suis soudainement souvenu d’une photo prise à Saint-Denis qui avait été affichée sur le site des oiseaux rares du Québec en juin dernier! Aussitôt sortis de la voiture, nous avons trouvé un autre adulte et au moins trois juvéniles. Ces jeunes oiseaux volaient très bien même si leur queue n’était pas totalement développée. La première présence connue de cette espèce dans la région remonte au 1er octobre 1947, alors que Willie LaBrie capturait un « spécimen juvénile » à Kamouraska, pour la sixième mention provinciale. Je ne sais pas si ce juvénile est arrivé au Québec suite à une dispersion postnuptiale, mais les premières nidifications officielles dans la province ont eu lieu à Como et à Tadoussac en 1960. Il arrive parfois que le Moqueur polyglotte niche très tard, j’avais moi-même trouvé des oisillons tout frais sortis du nid le 30 août 1983. Deux oiseaux étaient par la suite demeurés dans le secteur jusqu'au 25 septembre.

Moqueur polyglotte, juvénile (Northern Mockingbird – Mimus polyglottos)
Saint-Denis – 3 août 2015 © Claude Auchu
Une vieille photo!
Moqueur polyglotte, juvénile (Northern Mockingbird – Mimus polyglottos)
La Pocatière – 30 août 1983 © Claude Auchu
Même lorsque notre attention n’est pas concentrée sur les oiseaux, ces derniers réussissent quand même à nous surprendre. Ainsi, mardi avant-midi, nous avons vu quatre Martinets ramoneurs se poursuivre au-dessus du quartier latin de La Pocatière. Les martinets ont été particulièrement discrets à La Pocatière cet été; nous sommes bien heureux de constater que quelques oiseaux sont encore présents en août!